All You Need
In One Single
Theme.
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat
Search here:
 

Blog

Accueil > Evenements  > Du 1er au 5 juin, place à l’emploi !

Coworking Pays basque participera à l’initiative Place à l’emploi du 1er au 5 juin 2015. Dans ce cadre, nous proposons l’accueil de deux demandeurs d’emploi en tant que coworkers nomades pendant une semaine.

Comment ça marche ?

Courant mars, nous avons reçu, comme beaucoup d’autres espaces de coworking, une invitation à participer à Place à l’emploi. L’idée est que des entreprises ouvrent leurs portes à des demandeurs d’emploi dans le cadre d’ateliers thématiques ou de séances de coaching. L’action est lancée par Bureaux à partager avec plusieurs partenaires, dont Pôle emploi. Le site placealemploi.fr sert de plateforme de mise en relation. Les initiateurs de Place à l’emploi et leurs partenaires s’occupent de la couverture médiatique. Les entreprises hôtes font le reste.

Concrètement, si vous êtes demandeur d’emploi et que l’idée vous plaît, inscrivez-vous ici ou . Ensuite, rendez-vous le 1er juin !

Accueillir des demandeurs d’emploi, lutter contre l’exclusion

Le principe de l’accueil de demandeurs d’emploi au sein des entreprises est hautement louable. Dans les périodes de recherche d’emploi, conserver un lien social est primordial. Sortir de chez soi pour travailler ses candidatures et ses projets l’est tout autant. Pour ces deux raisons, les espaces de coworking semblent tout indiqués.

Mais voilà, l’accès aux espaces de coworking est, dans la plupart des cas, payant. Est-on aussi disposé à louer un espace de travail quand on est demandeur d’emploi que lorsqu’on est en activité ? Malgré les attraits du coworking, le coût d’entrée ne participe-t-il pas à l’exclusion ?

Par exemple, au sein de notre espace de coworking, nous avons parfois observé une baisse de fréquentation auprès des personnes dont la situation financière était sensible. C’est difficile à détecter et à quantifier, et pas toujours évident à verbaliser. C’est dommage ! D’autant plus que c’est bien dans ces cas-là qu’un espace de coworking pourrait aider à rebondir : pour le lien social et professionnel, pour l’émulation, pour le réseau…

Ouvrir les portes, réduire le ticket d’entrée

La solution serait-elle d’accueillir gratuitement des demandeurs d’emploi ? C’est une partie des propositions de Place à l’emploi. Parmi nos coworkers, le concept a vite reçu un accueil favorable. Le thème de la recherche d’emploi nous touche et revient régulièrement dans nos discussions. D’aucuns y ont donc vu l’occasion de faire une bonne action !

Reste que cette participation demande un investissement, ne serait-ce que sous forme de temps : du temps pour s’inscrire, du temps pour s’organiser, du temps pour accueillir nos hôtes début juin, du temps pour mener à bien les ateliers ou le coaching… Qui offrirait ce temps ? Sur son temps de travail ?

Nous souhaitons un échange

Au sein de l’association Coworking Pays basque, nous aimons l’idée d’échange. Nous sommes prêts à consacrer du temps à Place à l’emploi, mais pour quelle contrepartie ? L’idée n’est pas de faire des profits, mais plutôt de donner de la valeur aux efforts consentis par les coworkers. Qu’il y ait un retour, sous une forme ou une autre. Nous pensons que l’échange est nécessaire pour avoir une activité saine et durable.

A priori, nous ne retirerons pas grand-chose du dispositif Place à l’emploi en lui-même. En dehors de la mise en relation, nous n’avons accès à aucune ressource pour nous aider, que ce soit au niveau de la préparation ou au niveau de la réalisation le jour J. Par ailleurs, la couverture médiatique mettra certainement en avant les initiateurs du projet, et peu les entreprises participantes. Ainsi, nous imaginons mal que notre participation soit citée dans un article de presse nationale, et encore moins que la presse locale (qui pourrait nous toucher davantage) soit sollicitée pour cela. Peut-être serons-nous agréablement surpris, mais nous n’attendons rien de ce côté-là.

À qui servira l’opération ? À un nombre anecdotique de demandeurs d’emploi (c’est déjà mieux que rien) d’une part. À Bureaux à partager et à ses partenaires d’autre part. Et les entreprises hôtes ? A priori, elles se débrouillent pour fournir le contenu, le temps et les efforts d’accueil, mais aussi pour trouver une contrepartie quelconque à ces efforts. Notre collectif en a-t-il les moyens ?

Nous avons essayé d’imaginer notre participation sous forme d’échange. Que pouvons-nous fournir ? Que pouvons-nous recevoir ? Dans la mesure du possible, nous souhaitons que les deux parties soient équilibrées.

Que pouvons-nous offrir ?

Par exemple, nous avons imaginé pouvoir fournir :

  • L’accueil, le temps de présenter l’espace de coworking à de nouveaux venus. Nous faisons déjà cela pour tous nos visiteurs, au rythme aléatoire et peu fréquent de leur passage.
  • Des tickets pour l’utilisation de l’espace de coworking en tant que « coworker nomade ». Il s’agit de fournir un lieu propice au travail sur les candidatures et les projets. Pour une semaine, cela représente une cinquantaine d’euros, qui seraient donc offerts.
  • Des rencontres autour du déjeuner et de la machine à café. En plus d’un lien social, nos expériences d’indépendants, d’entrepreneurs ou de télétravailleurs peuvent faire écho lors d’une recherche d’emploi.
  • Des ateliers thématiques ? Pourquoi pas, mais nous n’en avons pas dans les cartons, et en préparer nous demanderait du temps.
  • Du coaching personnalisé ? Pourquoi pas, mais quelle serait notre légitimité pour être coach ? Dans l’improvisation, nous y consacrerons sûrement du temps et pas forcément sur des éléments significatifs.
  • D’autres idées ? Contactez-nous 🙂

Que pouvons-nous recevoir ?

En contrepartie, nous imaginons pour l’instant :

  • Des rencontres !
  • Faire découvrir l’espace de coworking et notre collectif à de potentiels entrepreneurs ou télétravailleurs… qui pourront, qui sait, garder le contact ou parler de nous à d’autres.
  • Une couverture médiatique, par exemple une publication dans la presse locale ? À la mesure du temps que l’on peut y consacrer.
  • Un partenariat avec Pôle emploi ? L’idée semble bonne, mais il convient évidemment d’aller en discuter directement avec les antennes locales de Pôle emploi. Les modalités du partenariat resteraient à préciser…
  • … préciser les besoins et les réponses possibles sur le thème « coworking et recherche d’emploi ».
  • D’autres idées ? Faites-nous signe 🙂

Une expérimentation

Au final, nous avons décidé de nous appuyer sur Place à l’emploi pour mener une expérimentation selon les modalités suivantes :

  • Accueillir deux personnes. Privilégier la qualité de l’accueil à la quantité. C’est un engagement simple, à la mesure de ce qu’on peut fournir, tout en mettant l’accent sur des valeurs sûres : du lien social et un espace de travail.
  • Aider les demandeurs d’emploi dans leurs projets au travers des rencontres, des discussions, etc. Pas de coaching personnalisé, mais des échanges informels entre coworkers.
  • Discuter avec nos hôtes sur la thématique « coworking et recherche d’emploi », comment intégrer les demandeurs d’emploi dans notre collectif, préciser les échanges possibles, etc.
  • Dans nos contacts avec d’autres acteurs du territoire, et particulièrement avec des acteurs institutionnels (agglomération, Pôle emploi, etc.), faire valoir notre bonne volonté, nos idées, notre expérience.
  • Communiquer à notre mesure, sur notre blog, sur les réseaux sociaux. Toute publication supplémentaire est bienvenue, en bonus.

Affaire à suivre début juin…

Pas de commentaire

Poster un commentaire