All You Need
In One Single
Theme.
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat
Search here:
 

Blog

Accueil > Formation  > Candidature retenue pour l’Incubateur Tiers Lieux

Fin 2015, la Coopérative Tiers Lieux a lancé un appel à projets intitulé « Incubateur Tiers Lieux ». À la clé, un an d’accompagnement destiné aux collectifs de personnes souhaitant créer, développer ou repositionner un espace de travail partagé (coworking, fab lab, lieux hybrides), sur le territoire de la grande région Aquitaine – Poitou-Charentes – Limousin. Le projet déposé par l’association Coworking Pays basque a été sélectionné !

[button link= »http://www.coworking-pb.com/new/wp-content/uploads/2016/01/candidature-incubateur-tiers-lieux-web-2015-11-30.pdf » color= »blue » size= »large » form= »round »]Consulter le dossier de candidature[/button]

Relever le défi d’un collectif habitant plusieurs lieux

Notre candidature s’inscrit dans la dynamique racontée dans l’article précédent « Agrandir à Biarritz, ouvrir ailleurs ».

Nous y avons exprimé les ambitions suivantes :

  • Relever le défi d’un collectif habitant plusieurs lieux :
    • consolider l’activité de l’espace de coworking à Biarritz (sérénité) ;
    • ouvrir au moins 1 tiers-lieu supplémentaire en centre-ville ;
    • ouvrir au moins 1 tiers-lieu supplémentaire en zone rurale (hors Agglomération Côte Basque Adour) ;
    • que les utilisateurs de ces différents lieux se reconnaissent comme un seul collectif.
  • Répondre à d’autres demandes d’activité, d’expression, d’échange…
  • Accompagner le changement (social, environnemental) à l’aide de tiers-lieux ;
  • Faciliter (outils, accompagnement) l’émergence de nouveaux tiers-lieux par la suite.

Nos forces : nos valeurs, notre mode de fonctionnement

Nous sommes un collectif d’utilisateurs : rassemblés autour de valeurs, nous mutualisons des ressources. L’espace de coworking à Biarritz en est l’exemple le plus visible à ce jour. Mais notre activité n’est pas limitée à un seul lieu. Bien au contraire : notre collectif grandit, nos besoins évoluent naturellement, et dans le même temps nos moyens sont plus importants. Notre capacité à ouvrir d’autres lieux n’est pas une question d’économie. L’enjeu, c’est d’organiser l’action collective.

Depuis plus de trois ans, notre association est un lieu d’expérimentation collective. L’activité d’espace de coworking rassemble des personnes aux profils très variés – et nous aimons cette interdisciplinarité. Nous observons aussi que chacun a son propre rythme – et nous aimons cette liberté. Aujourd’hui, nous avons pris le chemin d’une gouvernance horizontale, prônant l’égalité, où nous essayons des recettes pour donner à chacun les moyens de participer à sa façon.

Nous avançons prudemment, mais sûrement. Notre ambition est de construire un ensemble de dispositifs pérennes, sereins, solidaires, au travers desquels chacun puisse se réaliser. Nous misons sur le collectif, et sur le mouvement. Cela peut sembler paradoxal, mais nous pensons que notre atout le plus durable, c’est notre capacité à changer, nous adapter, évoluer.

C’est aussi dans cet esprit que nous imaginons les lieux à venir : leurs caractéristiques (situation, taille, aménagement, …) et leurs destinations (bureaux, ateliers, stockage, animation, …) peuvent varier, l’important étant qu’ils soient habités. Nous souhaitons simplement des lieux de vie qui nous correspondent, aujourd’hui comme demain.

Nos chantiers : l’ouverture, la transmission

Pour ces projets, nous avons identifié deux grands chantiers très concrets :

  • L’ouverture et les liens avec le territoire : un ancrage local avec les autres collectifs, les institutions, les habitants, les commerçants ; une ouverture globale, et particulièrement avec les autres tiers-lieux. En venant dans un espace de coworking, nous brisons une forme d’isolement individuel. C’est pourquoi nous ne voulons pas de lieux qui seraient eux-mêmes isolés vis-à-vis de leur environnement ! Nous voulons des interactions et de la perméabilité.
  • La transmission de la culture, notamment auprès des nouveaux-venus. Aujourd’hui cela se fait de manière informelle, par « infusion ». Dans le cas d’un essaimage, négliger ce point pourrait déséquilibrer le collectif et provoquer son morcellement.

Aussi, nous sommes ravis que notre candidature ait été retenue par la Coopérative Tiers Lieux. Nous pensons que l’Incubateur Tiers Lieux donnera une dimension supplémentaire à notre projet :

  • des liens de réseau avec les tiers-lieux plus éloignés géographiquement ;
  • un regard extérieur expérimenté, à même de comprendre nos problématiques et de nous accompagner dans nos choix stratégiques ;
  • de l’inspiration et du challenge ;
  • de la formation spécifique, adaptée au domaine des tiers-lieux.

Par ailleurs, puisqu’il est question pour nous de favoriser l’émergence de tiers-lieux localement, les échanges et les synergies pourraient être nombreux avec la Coopérative Tiers-Lieux.

Actions à suivre

Les prochains rendez-vous :

  • journée de rencontre avec la Coopérative Tiers Lieux le mardi 19 janvier, à l’espace de coworking de Biarritz ;
  • des événements (annonces à suivre !) pour faire avancer spécifiquement les projets d’agrandissement et d’essaimage. Dont des moments d’échanges avec d’autres collectifs ;
  • des événements (annonces à suivre !) visant à développer la transmission de notre culture : moments pour « se former » et « faire ensemble » ;
  • un gros travail de documentation et de publication de nos valeurs et de nos modes de gouvernance. Nous aimerions pouvoir proposer tout cela pour le mois de mars, durant lequel se tiendra la prochaine assemblée générale ordinaire de l’association.

Si l’un de ces sujets vous intéresse, n’hésitez pas à nous contacter !

Pas de commentaire

Poster un commentaire